Avec la peur au ventre !♥

Aujourd’hui un article un peu spécial, cela fait un bout de temps que je ressens le besoin de m’ouvrir à vous. Le besoin d’exprimer ma douleur quotidienne, mes peurs, mes angoisses. J’ai beaucoup hésité avant de me lancer car le jugement de certains me répugne d’avance. Je suis déjà frustrée avant même d’avoir commencé à écrire ces quelques lignes, car je vais devoir « censurer » un tas de choses et donc bien évidement vous n’allez pas tout comprendre et c’est bien normal. Je ne sais pas comment commencer cet article, je sais juste que j’en ai besoin.

Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours été quelqu’un de solitaire, quelqu’un de très sensible, très fragile. Je n’ai jamais accordé beaucoup d’intérêt à l’amitié. Pour tout vous dire du haut de mes 25 ans ( dans 6 jours ^^) une seule « amie » m’a marqué. Aujourd’hui nous ne sommes plus en contact mais encore maintenant je pense souvent à elle (Anaïs si tu passes par ici ♥). Aujourd’hui j’ai des copines mais pas d’amies comme on l’entend avec un grand A. En revanche l’amour avec un grand A, lui, il est bien présent et depuis un bon moment. Tout les jours on me rappelle à quel point j’ai de la chance d’avoir un amoureux comme lui, certaines copines sont extrêmement jalouses d’ailleurs. Car c’est vrai qu’autour de moi je ne connais personne qui peut en dire autant. Entendre et lire dix ‘je t’aime » toutes les 5 minutes. Aucune phrase ne finit sans un je t’aime mon amour  » mon amour de ma vie » etc.  Jamais un mot plus haut que l’autre, une vie de princesse, des compliments du matin au soir, des câlins, des bisous (celles qui me suivent sur snapchat savent de quoi je parle ^^) et tout cela 8 ans après. Vous allez me dire alors pourquoi elle se plaint !?

Et pourtant … Ces fichues maladies qui sont la dépression, l’anxiété sévère, et l’hypersensibilité. Ces merdes qui vous pourrissent la vie alors que vous avez tout ou presque pour être heureuse. Cela a commencé petit à petit  il y a 6 ans, nous venions à peine d’emménager ensemble à l’escadron de gendarmerie mobile. Nous étions ensemble depuis déjà 2 ans mais j’attendais d’avoir mon bac et lui son diplôme de fin de sortie d’école de sous officier de la gendarmerie nationale. Donc quand je l’ai rencontré il n’était pas encore gendarme et je ne savais pas du tout ce qui allait m’attendre …

Un an après notre emménagement dans l’appartement de fonction on s’est pacsé immédiatement. Et ses déplacements ont commencé à être de plus en plus fréquents et plus longs (car je le rappelle les gendarmes MOBILES ne font que des déplacements et quand ils rentrent ils sont en permission pendant des semaines à mois tout dépend de leurs missions précédentes.  J’ai fais le calcul  il part environ 6 à 7 mois en mission en France et à l’étranger et le reste du temps il est en permission = vacance

Tout à véritablement commencé par son premier long déplacement outre mer en Guyane pendant 3 mois. Honnêtement j’étais persuadée que je ne tiendrais pas le coup alors j’avais pris les devant et on m’a mis sous anti dépresseurs. Grâce à ce traitement, j’ai vécu un déplacement paisible, certes il me manquait terriblement mais je gérais … Et après 3 mois j’ai décidé de tout arrêter, j’avais décidé que je m’en sortirai seule sans l’aide d’aucun médicament. Les missions et les mois se sont enchaînés et je me suis vue dépérir mais j’ai continué à vivre comme cela jusqu’à maintenant en me disant que ça allait passer.

Le 19 juin 2017, tout à basculé dans ma tête. Il était en mission à paris pour du maintien de l’ordre sur diverses manifestations. Jusque la rien d’anormal au contraire rien de plus banale. Mais en me réveillant je sentais que la journée allait être difficile. J’étais terriblement angoissée et je lui avait fait part de mon angoisse et il m’avait répondu « Minou je t’assures tu n’as pas à t’inquiéter tout va bien se passer, je t’aime ♥ » Malgré tout je continuais de m’inquiéter comme à chaque fois ou il est en mission à Paris. Car de toutes les villes les pays, les outres mers qu’il a fait, Paris est de loin la ville la plus dangereuse … J’ai continué ma journée avec en tête cette inquiétude constante.  Comme à notre habitude je lui envoi un message pour savoir ou ils en sont, il me répond qu’il m’aime et moi je lui répond encore plus. Mais 14h30 et toujours pas de réponses … j’ai commencé à m’angoisser et je me suis connectée sur twitter et une information m’a sauté aux yeux  » Jean Marc Morandini :  Une voiture fonce sur des fourgons de gendarmes mobiles »  2min plus tard  » fusillade en cours sur les champs elysées ». J’ai compris tout de suite pourquoi je ne recevais pas de messages de sa part. J’ai mis BFMTV dans la seconde  » attentat contre des gendarmes mobiles »  » pour l’instant 1 mort ». Rien ne me disait à ce moment précis s’il s’agissait de notre escadron. Mais au loin sur les images j’ai vu le logo de notre région ainsi que le numéro d’escadron… Je me suis écroulée et j’ai pris mon téléphone et je l’ai appelé 1 fois, 2 fois, 10 fois, 20 fois sans réponse. Alors je suis restée devant la tv et j’ai attendu, c’était si long , si dur. On sait bien comment se termine les attentats en générale … Les heures ont passé et j’ai pu lire tout un tas de conneries . A priori à ce stade aucun gendarme n’étaient blessés. Mais tant que je ne l’avais pas au téléphone il m’était impossible pour moi de me rassurer. Vers 19h il m’a appelé et m’a expliqué que c’était bien un attentat, qu’une voiture avait foncé sur eux pour exploser son véhicule et ainsi tuer un maximum de gendarmes (à son bord deux armes de poing, une kalach, 9000 minutions et une bonbonne de gaz etc )

Je réalise tout doucement ce qu’il vient de se passer, je réalise que nous avons échappé au pire, je réalise qu’on a failli m’arracher la personne que j’aime le plus au monde. Je ne voulais qu’une chose c’est qu’il rentre à la maison … Mais malheureusement il m’a fallu tenir encore 10 jours.

Aujourd’hui 6 mois plus tard, le traumatisme a grandi, grandi et prend une place trop important dans ma vie. Je n’ai plus seulement peur de ce qu’il pourrait arriver, je suis incapable de penser à autre chose, incapable d’avoir une vie « normale ». J’en suis devenue malade moralement mais aussi physiquement. Devoir gérer une crise d’angoisse à n’importe qu’elle moment de la journée dans n’importe quelle circonstance. J’ai peur quand il va chercher des croissants, j’ai peur quand la deuxième barre de wattsapp n’apparait pas pour me dire qu’il a bien reçu mon message. Sans parler de l’insomnie, les crises de larmes mais tout cela je le garde pour moi car je ne veux pas gâcher nos retrouvailles si précieuse car c’est un instant magique. Evidemment il s’est rendu compte malgré tout que cet incident m’avait pas mal chamboulé. Alors comme à chaque fois il joue le jeu et me rassure constamment 10 fois plus qu’avant. Mais en réalité il ne voit qu’un dixième de ce que je veux bien montrer.

Par dessus cela s’ajoute des problèmes personnels ( rien à voir avec mon amoureux), alors on se renferme petit  petit chaque jour un peu plus et on fait bonne figure . Aujourd’hui j’ai conscience de tout cela, j’ai conscience que la peur n’évite pas le danger. J’ai conscience également qu’il faut prendre les choses moins à cœur, mon amoureux me le répété sans cesse  » tu t’en fou, passes au dessus » et c’est lui qui a raison.

Malgré tout j’ai avancé, j’ai pris des décisions parfois difficiles parfois douloureuses mais pour une fois j’ai envie de penser un peu à moi et vivre pour moi. Nous avons comme projet très proche d’avoir un bébé. Je suis morte de trouille encore une fois mais j’ai bien envie de me laisser aller. Il y a même 1 mois nous nous sommes tatoués notre date de rencontre au même endroit, car quoi qu’il arrive je serais et il sera toujours là ♥

Tout cela pour vous dire que vous n’êtes pas seuls, que c’est un combat de chaque instant et qu’il faudra du temps. Mais surtout ne faites pas attention à ceux qui jugent sans connaitre. Et n’oubliez pas une chose  » Cherche la paix au fond de toi même, je sais que t’aimerais qu’on te libère, qu’on te comprenne quand tu saignes et que la vie n’a plus de gout » Sachez que je n’ai pas retranscrit un quart de ce qu’est la dépression , l’anxiété car pour l’instant j’ai encore trop peur du jugement, trop peur de la comparaison…

 

10 Comments

  • Reply Laura 20 décembre 2017 at 19 h 53 min

    Ton article m’a beaucoup touché, j’ai eu la larme à l’œil. Je sais que je ne peux comprendre ta situation, mais j’imagine pas à quel point ca doit être compliqué parfois et comment ça à tu t’inquiéter de perdre ton chéri. Je te souhaite de surmonter tes angoisses, et te souhaite tout le monde du monde, vous avez l’air d’être un couple hyper proche, très amoureux.

    • Reply Enaeco 20 décembre 2017 at 20 h 10 min

      Merci beaucoup pour ton commentaire ici ma belle ♥ Effectivement nous sommes très amoureux ♥

  • Reply Coudert 20 décembre 2017 at 20 h 10 min

    Cc ma belle
    De tout ❤ avec toi

    • Reply Enaeco 20 décembre 2017 at 20 h 13 min

      Merci beaucoup ♥

  • Reply Bebouilles 20 décembre 2017 at 20 h 48 min

    Courage mon homme est comme le tien Playmobil!! Je connais ton sentiment d attendre des nouvelles quand il se passe in trix et que tu nas pas de nouvelles.en nov 2015 mon homme était à Paris et j’ai eu peur toute la nuit qu’ il soit appeler sur place lui n’attendais que ça. Mais javais les loulous qui mon permis de prendre sur moi. Pense à toi peu importe ce que pense les autres pense à toi a vous à vos projets nos hommes ont choisi un métier à risque mais au final des gens on des accidents ou autres tout le sjours malheureusement.

  • Reply Dev 20 décembre 2017 at 20 h 57 min

    Que je suis triste de te lire … je compatis’ a 100% je suis femme de gendarme depuis 35 ans .
    Comme toi les première année on’ ete compliquer , mon mari est parti avec l’onu pendant la guerre à sarayevo l’angoisse a commencé ,à l’epoque Pas de téléphone.. les lettre arrivait au bout d’un mois … les 40 premiers jours aucune nouvelle juste la télé les info que je ne loupais pas !!!
    Puis un jour je me suis dit … le destin crois y … mon frère et mort a 26 ans il etait mécano ,mort d’un truc presqu’en impossible à croire … tout sa pour te dire que quand on ton heure arrive que tu soit sur le frond dans’ ton lit …le destin tout est écrit … pour moi à ta naissance le jour de ta mort est écrit ….
    j’ai Donc fait du travail sur moi cru au destin à un bon destin … j’ai eu mes enfants ma vie à changer
    Il sors je dort il part je dort …. là peur n’evite Pas le danger … tu va y arrivée , et tu verra quand tu aura ton bébé ton cheri ne voudra plus vous quitter et demandera à revenir en GD
    J’espere Que mes’ paroles t’on réconfortée
    Qui pourrai te juger …. personne
    nos angoisse on les metrise pas !!!
    Je t’envoie tout mon réconfort tu va y arrivée toute l’es femme de gendarme vivent et ouf …
    plein de bisou et continue de nous emmoustoufler avec tes beau maquillage courage

  • Reply Harleensemaquille 20 décembre 2017 at 23 h 06 min

    Je te suivais déjà sur snap à ce moment là.. Je m’en rappelle l’état dans lequel tu étais, tes larmes, tes angoisses.. Je suis hypersensible aussi, je comprends ( à peu près) tes inquiétudes et je n’ai pas trouvé de solution à mes soucis. C’est personnellement sur le marché de Noël de Nantes, ya 3 ou 4 ans, quand un homme dépressif à foncé sur la foule en voiture que ça à commencé. J’y étais 15 minutes plus tôt avec mon fils qui avait 2-3 ans. Les attentats, malgré qu’ils n’aient pas eu lieu dans ma région, on renforcés mes peurs. Je ne vais plus dans les lieux de foules, aux heures de pointe en gare, j’ai une boule ai ventre, au moindre bruit de pétard je panique et pleure… Je pense essayer le magnétisme ou l’hypnose pour me sortir de la.

    Courage a toi ❤️

  • Reply schuffenecker ingrid 23 décembre 2017 at 0 h 07 min

    Coucou je t’ai connue sur un groupe de femmes de gendarme, et aujourd’hui une part de moi se reconnaît dans cette peur. Le mien est en départementale, donc d’autres dangers. Il y avait eu des innondations sur la cote d’azur il y a 2ans. J’étais absente à ce moment là. En intervention il a été happé par une bouche d’egout qui s’est derobé sous ses pieds. Il a failli être aspiré… Et le jour où on lui remet une médaille pour cet accident en service c’était un 14 juillet, a nice… Oui ce fameux 14 juillet a nice où nous étions en famille allés le voir défiler. Ce 14 juillet où nous avons bu un verre en fin d’aprèm et d’où nous sommes partis a 21h45 quand la nuit tombais parce qu’il prenait une patrouille de nuit. Cette patrouille de nuit qui nous a probablement sauvés lui, moi et mes 2 enfants parce que le camion s’est arrêté a l’endroit pile où nous étions. Y’a des jours comme ca, et si tu laisse les emotions prendre le dessus, tu ferais que pleurer… Alors voilà, c’est notre lot, c’est pas rigolo. J’ai pas de mots, sois forte ! ❤

  • Reply Mimissa 22 avril 2018 at 21 h 37 min

    Hello
    En effet pas évident de vivre les déplacements des GM surtout avec la conjourture actuelle. Je te souhaite bien du courage et compatis grandement.
    Bises

  • Reply xinonia 27 avril 2018 at 15 h 30 min

    C’est touchant. Ca ne doit pas être facile tous les jours. Si t’as besoin de parler n’hésite pas. Bon après midi.

  • Leave a Reply